Lettre à un.e industriel.le

Où raconter un passé récent permet de faire quelque projections pour l’avenir. Un récit à peine fictionnel qui parle d’écologie, de radicalisation, et d’un monde qui aime tendre vers la ruine.

L’audiobook est disponible sur bandcamp ici. Bien qu’il y ait été divisé en quatre parties, ce n’est qu’un seul texte.

Il est disponible aussi sur le site de Radio-Quetsch.eu, qui a eu la gentillesse de le diffuser, ou en format podcast.

ATTENTION : dans les deux formats audio, pour des raisons que je ne comprends pas, la toute dernière phrase a été coupée au montage. Je vous la mets tout en bas de l’article, après un gros blanc, histoire que vous ne tombiez pas dessus par hasard. Scrollez vers le bas donc, et imaginez ma voix le dire !

Je tiens, en passant, à remercier Rose, qui m’a gentiment prêtée sa voix pour l’enregistrement des titres à quelques heures du confinement, Maurine, qui m’a rappelée que tout le monde n’aime pas lire et grâce à qui j’ai eu l’idée d’un enregistrement audio, et enfin mes parents et Sébastien, qui m’ont fait quelques retours avant que je ne le clôture.

La fin du texte complète est donc : « Une brume s’en élève, qui forme un fin nuage dans le fond de vallée. Et moi, je suis là ! »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s